Biesheim (68) : Analyse palynologique d’une colonne de dix prélèvements réalisée dans le comblement d’un paléochenal du Rhin.

Ce document présente les résultats d’analyses palynologiques de dix prélèvements, réalisés en stratigraphie lors d’une fouille préventive du comblement d’un paléochenal situé dans la plaine du Rhin, sur la commune de Biesheim (68). La fouille livra une série de pieux en bois, au sein d’un horizon tourbeux épais de 30- 50 cm associée à des tessons antiques ainsi qu’à du mobilier plus récent. La séquence stratigraphique totale est épaisse d’1,50 mètre (Fig. 7).
Les prélèvements ont été réalisés dans des niveaux à dominance minérale (US 1014, US 1015 et US 1005) et tourbeux (US 1008), mais n’ont pas fait l’objet de tests polliniques au préalable.
Les datations radiocarbones réalisées sur les US associées aux prélèvements
polliniques s’étendent de la Protohistoire à l’Époque moderne.
Cette étude s’inscrit dans une série d’analyses visant à décrire les dynamiques de comblement et le paléoenvironnement du paléochenal. Des analyses géomorphologiques et malacologiques ont aussi été réalisées.
Le site a été fouillé par la société ANTEA archéologie sous la responsabilité de Madame Pichot, archéologue, et l’analyse à été commandée sur des demandes de Messieurs Goudissard et Houssier, géomorphologues.

Chartres (28), opération archéologique du bassin antique de Saint-Martin-au-Val C128.19 : analyses palynologiques

Ce rapport fait suite a une pré-étude qui visait à estimer le contenu palynologique de six prélèvements réalisés dans l’US10992 et pour deux prélèvements de l’US10720. Suite aux résultats des tests, seuls les six prélèvements de l’US 10992 ont fait l’objet d’analyses complètes.

Le site a été fouillé par le service archéologique de la ville de Chartres sous la direction de Monsieur Bruno Bazin. L’étude a été commandée par le service avec l’accord de son responsable Monsieur Laurent Coulon.

Rivecourt (60) : Analyse des fragments charbonneux prélevés lors de l’opération archéologique de Rivecourt (60).

Cette étude présente les résultats d’analyses de restes charbonneux prélevés lors d’une fouille menée sur la commune de Rivecourt (60).
Le site correspond à une occupation du Haut Moyen Age, situé sous une ferme moderne et à proximité d’un château seigneurial.
Les analyses anthracologiques présentées dans ce rapport concernent plus
précisément des rejets charbonneux retrouvés dans les comblements de diverses structures de type « Silo », fosse, puits.
Au regard du contexte archéologique et des premiers éléments d’interprétation du site, l’analyse anthracologique a été menée en fonction de trois objectifs :

  • Tenter de percevoir l’origine des rejets de charbons. A-t-on affaire à des restes de
    combustible ou de bois d’oeuvre,
  • tenter de caractériser la qualité du combustible utilisé sur le site. En déduire si les
    assemblages ont fait l’objet de pratiques de charbonnage, s’ils sont plutôt
    caractéristiques d’usages domestiques ou artisanaux,
  • caractériser les boisements qui existaient dans les aires de ramassage.

Cette opération a été menée par la société Archéopole. La fouille ci-présente a été dirigée par Hélène Assémat, responsable de l’opération.

Nort sur Erdre (44) : Analyse des fragments charbonneux prélevés lors des opérations archéologiques des sites du « Prutot » et de « La Verrière » sur la commune de Nort Sur Erdre (44). Opération 186489.

Cette étude présente les résultats d’analyses de restes charbonneux prélevés lors d’une fouille menée sur les sites du « Prutot » et de « La Verrière » sur la commune de Nort sur Erdre (44).
Le site du « Prutot » correspond à une occupation antique, probablement du Haut empire, alors que l’occupation du site de « La Verrière » serait datée de la fin du Haut Moyen Âge – Moyen Âge Central.
Pour le site du Prutot, les contextes des prélèvements sont surtout des
comblements de fosses (Fs 1191, Fs 1143, Fs 1289, Fs 1339). La plupart des
prélèvements charbonneux sont décrits en position secondaire. Toutefois, une structure de type « four avec alandier et chambre de chauffe » (FR 1145) a été identifiée et livra une quantité importante de charbons. L’analyse des restes pourrait permettre d’aborder des aspects plus fonctionnels.
Les structures ayant livré des charbons sur le site de La Verrière semblent plus variées : comblements de fosses, fossés et foyer. Les charbons collectés sont là aussi probablement en position secondaire, mais l’étude devrait permettre de préciser les essences, la collecte et l’utilisation du combustible sur ce site. Quelques prélèvements semblaient être en relation avec des éléments architecturaux carbonisés (restes de torchis?).
Au regard du contexte archéologique et des premiers éléments d’interprétation du site, l’analyse anthracologique a été menée en fonction de trois objectifs :

  • Tenter de percevoir l’origine des rejets de charbons. A-t-on affaire à des restes de combustible ou de bois d’oeuvre,
  • tenter de caractériser la qualité du combustible utilisé sur le site. En déduire si les assemblages ont fait l’objet de pratiques de charbonnage, s’ils sont plutôt caractéristiques d’usages domestiques ou artisanaux,
  • caractériser les boisements qui existaient dans les aires de ramassage.

Cette opération a été menée par le service archéologique de Loire-Atlantique. La fouille ci-présente a été dirigée par Matthieu Yacger. L’étude a été commandée par le service avec l’accord de sa directrice, Hélène Mavéraud-Tardiveau.

Nice (06) : Analyse des fragments charbonneux prélevés lors de l’opération archéologique du site « Hôpital Pasteur, Bâtiment M, 30 avenue de la voie romaine », sur la commune de Nice (06).

Dans le cadre d’un projet d’aménagement au sein du Bâtiment M de l’Hôpital Pasteur à Nice (06), une fouille archéologique préventive a été réalisée par le Service d’archéologie de Nice Côte d’Azur.
L’intervention a livré les vestiges d’un bâtiment antique et de plusieurs structures en creux annexes datés entre le Ier et le Ve s. ap. J.-C.
Ce document présente les résultats d’analyses de restes charbonneux retrouvés dans les comblements de diverses structures (foyer et fosse).
Au regard du contexte archéologique et des premiers éléments d’interprétation du site, l’analyse anthracologique a été menée en fonction de deux objectifs principaux :
– révéler une similitude entre les taxons retrouvés dans les comblements des deux structures (foyer FY 143 et fosse FS 148),
– apporter des informations sur la végétation ligneuse qui environnait le site à cette époque.
L’étude a été commandée par M. Brice Chevaux, responsable de l’opération.

Mignières (28) : Analyse des fragments charbonneux prélevés lors de l’opération archéologique du «Clos de l’Ouche » à Mignières (28). Opération MIG_100_02

Ce document présente les résultats d’analyses de restes charbonneux prélevés lors d’une fouille menée sur le site du « Clos de l’Ouche » sur la commune de Mignières (28).
Le site concerne plusieurs occupations qui s’étendent de la période néolithique à la période industrielle.
Les analyses anthracologiques présentées dans ce rapport concernent plus
précisément des rejets d’un établissement agricole du Haut empire et des rejets de de combustion de la période mérovingienne.
Pour la période mérovingienne, les contextes de collectes de charbons sont
essentiellement des comblements de fours et de fosses d’accès. En revanche les structures sont plus variées pour la période du Haut-Empire : comblements de caves, de fours, de fosses, d’un fond de cabane.
Beaucoup des charbons prélevés de façon « éparse » (exemple dans les
comblements de fosses et de caves) correspondent vraisemblablement à des rejets de combustions domestiques, mais quelques prélèvements associés à des structures de type « four » pourraient permettre d’aborder des aspects plus fonctionnels.
Au regard du contexte archéologique et des premiers éléments d’interprétation du site, l’analyse anthracologique a été menée en fonction de trois objectifs :

  • Tenter de percevoir l’origine des rejets de charbons de l’établissement agricole du
    Haut-Empire. A-t-on affaire à des restes de combustible ou de bois d’oeuvre (ex.
    pour les fonds de cabane),
  • tenter de caractériser la qualité du combustible utilisé sur le site. En déduire si les
    assemblages ont fait l’objet de pratiques de charbonnage, s’ils sont plutôt
    caractéristiques d’usages domestiques ou artisanaux,
  • caractériser les boisements qui existaient dans les aires de ramassage.

Cette opération a été menée par le service archéologique de la Ville de Chartres. La fouille ci-présente a été dirigée par Pascal Gibut, archéologue du service archéologique. L’étude a été commandée par le service avec l’accord de son directeur Monsieur Laurent Coulon.

La Neuville-en-Tourne-à-Fuy (08) : Analyse des fragments charbonneux prélevés lors de l’opération archéologique du site « Vignette », emprise 65L, sur la commune de La Neuville-en-Tourne-à-Fuy (08). Opération : OA 07.8211

Cette étude présente les résultats d’analyses de restes charbonneux retrouvés dans les comblements de diverses structures archéologiques associées à un site funéraire daté de La Tène D1b .
Les restes étudiés proviennent de prélèvements réalisés à l’intérieur du fossé de l’enclos funéraire, de la tombe centrale et d’une tombe située dans l’angle sud de l’enclos.
Le site a été fouillé par le service archéologique du département de l’Aisne sous la direction de Monsieur Antoine Ferrier. Une étude anthropologique a été réalisée par Madame Robin.

La Neuville-en-Tourne-à-Fuy (08) : Analyse des fragments charbonneux prélevés lors de l’opération archéologique du site « Germiny », emprise 53L, sur la commune de La Neuville-en-Tourne-à-Fuy (08). Opération : OA 07.8213

Cette étude présente les résultats d’analyses de restes charbonneux retrouvés dans les comblements de diverses structures archéologiques associées à un site domestique daté de La Tène ancienne (Fig. 1).
Les restes étudiés proviennent de prélèvements réalisés à l’intérieur de
comblements de silos, de structures de combustion, de trous de poteaux.
Le site a été fouillé par le service archéologique du département de l’Aisne sous la direction de Monsieur Antoine Ferrier.

La Neuville-en-Tourne-à-Fuy (08) : Analyse des fragments charbonneux prélevés lors de l’opération archéologique du site « La Folie », emprise 27L, sur la commune de La Neuville-en-Tourne-à-Fuy (08). Opération : OA 07.8212

Ce document présente les résultats d’analyses de restes charbonneux retrouvés dans les comblements de diverses structures (fosses et silos) associées à une occupation domestique datée de La Tène D1 (Fig. 1).
Le site a été fouillé par le service archéologique du département de l’Aisne sous la direction de Monsieur Antoine Ferrier.

Heudebouville (27) : Analyse des fragments charbonneux prélevés lors de l’opération archéologique de « La Zone ECOPARC3 » à Heudebouville (27).

Ce document présente les résultats d’analyses de restes charbonneux prélevés lors d’une fouille menée sur la commune de Heudebouville (27). L’opération archéologique « Ecoparc3 » s’étend sur deux zones de fouilles.
Une première zone (zone 1) correspond à un gros établissement gaulois, daté de la Tène finale. La fouille d’une seconde zone (zone 2) a permis de mettre au jour un enclos de la Tène moyenne avec une réoccupation gallo-romaine.
92 prélèvements de charbons ont été analysés dans cette étude.
Les contextes de collecte de charbons varient peu. Les prélèvements proviennent essentiellement de trous de poteaux, fosses et fossés. Quelques lots proviendraient de structures interprétées comme des fours.
Beaucoup des charbons prélevés de façon « éparse » (exemple dans les
comblements de fosses et fossés) correspondent vraisemblablement à des rejets de combustions, mais quelques lots associés à des trous de poteaux avec des traces de rubéfaction ou des structures de type « four » pourraient permettre d’aborder des aspects fonctionnels de façon plus détaillée.
Au regard du contexte archéologique et des premiers éléments d’interprétation du site, l’analyse anthracologique a été menée en fonction de trois objectifs :

  • Tenter de percevoir l’origine des charbons (est ce des restes de combustible ou de
    bois d’oeuvre?),
  • tenter de caractériser la qualité du combustible utilisé sur le site. En déduire si les
    assemblages ont fait l’objet de pratiques de charbonnage, s’ils sont plutôt
    caractéristiques d’usages domestiques ou artisanaux,
  • caractériser les boisements qui existaient dans l’aire de ramassage.

L’opération archéologique a été réalisée par la Mission Archéologique
Départementale de l’Eure sous la direction de M. Dartois. L’étude a été
commandée par M. Dartois, responsable d’opération, avec l’accord de son directeur M. Brun.