Nice (06), opération de la Caserne Filley II : étude anthracologique

Ce document présente les résultats anthracologiques des prélèvements réalisés lors de l’opération archéologique du site de la caserne Filley II (CF 46.17), Place Vieille à Nice.
Le site a été fouillé par le service archéologique de la ville de Nice.
Les charbons étudiés proviennent d’une part du comblement d’une fosse antique (structure 119) et d’autre part du comblement d’un alandier de four d’époque moderne.

Les restes anthracologiques proviennent de 4 prélèvements. 270 charbons ont été étudiés.

Six taxons anthracologiques ont été déterminés sur l’ensemble des quatre
prélèvements. Cette faible diversité ne permet pas de bien caractériser les
associations végétales de provenance (cf. fig. 8).

  • Pour ce qui concerne l’étude de la fosse antique (FS 119), les fragments
    d’éricacées (type bruyère arborescente ou arbousier) pourraient provenir de formations de fourrés des étages mésoméditerranéens voire thermoméditerranéens. Le pin de type sylvestre / mugo / noir correspond à un spectre écologique large, puisqu’on le retrouve depuis l’étage collinéen à l’étage subalpin.
    Ces taxons avaient aussi été identifiés lors de l’analyse anthracologique des sépultures à inhumation attribuées à la phase 2 (3e – 4e siècle ap. J.-C.) sur le site de la caserne Filley (Gaudin, 2017).
  • L’analyse des charbons prélevés dans le comblement du four FR 67 a permis d’identifier quatre taxons résineux. Il s’agit de fragments provenant de branches de mélèze et de branchettes de pin (type pin pignon).
    Le mélèze correspondrait à l’étage subalpin alors que le pin pignon serait davantage associé à l’étage mésoméditerranéen.
    Notons l’absence d’essences hygrophiles pourtant régulièrement détectées dans les précédentes études (Gaudin, 2017 ; Gaudin, 2018).
    Enfin, la vigne avait déjà été identifiée par l’intermédiaire de quelques charbons retrouvés lors de la fouille de 2017, dans les prélèvements du « bâtiment 1 » attribués entre le XVe et XVIIe siècle (Gaudin, 2017).