Tous les articles par Loïc

La Neuville-en-Tourne-à-Fuy (08) : Analyse des fragments charbonneux prélevés lors de l’opération archéologique du site « Germiny », emprise 53L, sur la commune de La Neuville-en-Tourne-à-Fuy (08). Opération : OA 07.8213

Cette étude présente les résultats d’analyses de restes charbonneux retrouvés dans les comblements de diverses structures archéologiques associées à un site domestique daté de La Tène ancienne (Fig. 1).
Les restes étudiés proviennent de prélèvements réalisés à l’intérieur de
comblements de silos, de structures de combustion, de trous de poteaux.
Le site a été fouillé par le service archéologique du département de l’Aisne sous la direction de Monsieur Antoine Ferrier.

La Neuville-en-Tourne-à-Fuy (08) : Analyse des fragments charbonneux prélevés lors de l’opération archéologique du site « La Folie », emprise 27L, sur la commune de La Neuville-en-Tourne-à-Fuy (08). Opération : OA 07.8212

Ce document présente les résultats d’analyses de restes charbonneux retrouvés dans les comblements de diverses structures (fosses et silos) associées à une occupation domestique datée de La Tène D1 (Fig. 1).
Le site a été fouillé par le service archéologique du département de l’Aisne sous la direction de Monsieur Antoine Ferrier.

Heudebouville (27) : Analyse des fragments charbonneux prélevés lors de l’opération archéologique de « La Zone ECOPARC3 » à Heudebouville (27).

Ce document présente les résultats d’analyses de restes charbonneux prélevés lors d’une fouille menée sur la commune de Heudebouville (27). L’opération archéologique « Ecoparc3 » s’étend sur deux zones de fouilles.
Une première zone (zone 1) correspond à un gros établissement gaulois, daté de la Tène finale. La fouille d’une seconde zone (zone 2) a permis de mettre au jour un enclos de la Tène moyenne avec une réoccupation gallo-romaine.
92 prélèvements de charbons ont été analysés dans cette étude.
Les contextes de collecte de charbons varient peu. Les prélèvements proviennent essentiellement de trous de poteaux, fosses et fossés. Quelques lots proviendraient de structures interprétées comme des fours.
Beaucoup des charbons prélevés de façon « éparse » (exemple dans les
comblements de fosses et fossés) correspondent vraisemblablement à des rejets de combustions, mais quelques lots associés à des trous de poteaux avec des traces de rubéfaction ou des structures de type « four » pourraient permettre d’aborder des aspects fonctionnels de façon plus détaillée.
Au regard du contexte archéologique et des premiers éléments d’interprétation du site, l’analyse anthracologique a été menée en fonction de trois objectifs :

  • Tenter de percevoir l’origine des charbons (est ce des restes de combustible ou de
    bois d’oeuvre?),
  • tenter de caractériser la qualité du combustible utilisé sur le site. En déduire si les
    assemblages ont fait l’objet de pratiques de charbonnage, s’ils sont plutôt
    caractéristiques d’usages domestiques ou artisanaux,
  • caractériser les boisements qui existaient dans l’aire de ramassage.

L’opération archéologique a été réalisée par la Mission Archéologique
Départementale de l’Eure sous la direction de M. Dartois. L’étude a été
commandée par M. Dartois, responsable d’opération, avec l’accord de son directeur M. Brun.

Machecoul (44) : Analyse des fragments charbonneux prélevés lors de l’opération archéologique de « La Charouillère – déviation de Machecoul » réalisée sur les communes de La Marne, Paulx, Machecoul (44)

Ce document présente les résultats d’analyse des charbons prélevés lors de
l’opération archéologique menée sur la déviation de Machecoul au lieu-dit « La Charouillère ». Les sondages se sont déroulés durant l’année 2019 dans quatre zones sur les communes de La Marne, Paulx et Machecoul. Ils ont été réalisés par le service archéologique du Département de Loire-Atlantique sous la direction de M. Tan.
Les prélèvements proviennent de comblements de structures de type « fossé », « fosse », « trou de poteau », « enclos circulaire » (Fig. 1).
Au regard du contexte archéologique et des premiers éléments de datation, les prélèvements étudiés correspondent principalement aux périodes de l’Antiquité tardive et du Haut Moyen Age.
L’analyse a été menée en fonction de deux objectifs :

  • caractériser le combustible utilisé (exemple : estimation du calibre des bois, bois
    ramassés à l’état vert ou sec, choix des essences),
  • caractériser les végétations ligneuses qui existaient dans l’aire de ramassage (exemple : types et structures des boisements visités lors de la collecte).

L’étude anthracologique a été commandée par Mme Vorenger et M. Tan,
archéologues du pôle archéologique départemental, avec l’accord de Mme Mavéraud-Tardiveau, directrice du pôle archéologique.

Douzy (08) : Analyse des fragments charbonneux prélevés lors de l’opération archéologique de « Mohimont » à Douzy (08).

Ce document présente les résultats d’analyse des charbons prélevés lors de
l’opération archéologique menée sur le site de Mohimont à Douzy (08). Les
sondages se sont déroulés en deux phases durant 2019 et ont été réalisés par la Cellule archéologique du Conseil Départemental des Ardennes sous la direction de M. Etchart-Salas.
L’opération a donné lieu au creusement de 83 sondages et a permis de mettre au jour plusieurs fossés, trous de poteau et fosses.
Plusieurs structures de type « fosse » étaient caractérisées par des parois et fonds rubéfiés ainsi que des remplissages plus ou moins charbonneux. Elles sont interprétées comme des structures de combustion probablement associées à des pratiques de charbonnage. L’analyse anthracologique porte sur les contenus charbonneux de deux structures de ce type (SD70-F3 et SD75-F7).
Selon l’archéologue, « par la stratigraphie et le mobilier, deux phases d’occupations sont distinguées, avec les structures de combustion, les trous de poteau et les fosses qui peuvent correspondre à des vestiges datés entre La Tène finale et la période gallo-romaine et le fossé de parcellaire et l’ensemble d’ornières qui doivent dater du Moyen Age ou de l’époque moderne » (Etchart-Salas, 2019).
Au regard du contexte archéologique et des premiers éléments d’interprétation du site, l’analyse a été menée en fonction de deux objectifs :

  • caractériser le combustible utilisé (exemple : estimation du calibre des bois, bois ramassés à l’état vert ou sec, choix des essences),
  • caractériser les végétations ligneuses qui existaient dans l’aire de ramassage (exemple : types et structures des boisements visités lors de la collecte).

L’étude anthracologique a été commandée par M. Etchart-Salas, responsable d’opération, avec l’accord de son directeur M. Brun auprès du Centre de Recherche Archéologique de la Vallée de l’Oise. Le travail a été sous-traité par le CRAVO auprès d’ArkéoMap.

Guichainvile (27) : Analyse des fragments charbonneux prélevés lors de l’opération archéologique de « La Zone de la Tourelle » à Guichainville (27).

Cette étude présente les résultats d’analyses de restes charbonneux prélevés lors d’une fouille menée à Guichainville (27).
Le site correspond à une petite occupation rurale mérovingienne isolée. Aucune occupation « fossoyée » antérieure au même emplacement, à l’exception de fossés de parcellaire n’a été identifiée. Selon G. Deshaye, l’occupation semble relativement lâche, sans traces de remaniement de l’habitat, donc probablement de courte durée, autour des VIe-VIIe siècles.
Concernant les restes charbonneux, il s’agit de prélèvements réalisés dans 14 dépôts sédimentaires (ou unités stratigraphiques) situés dans 8 cavités. Les cavités concernées (datées par la céramique noyée dans leurs comblements) ne sont pas particulièrement caractérisées, à l’exception de ce qui s’apparente à un four culinaire (cavité 479).
Au regard du contexte archéologique et des premiers éléments d’interprétation du site, l’analyse antharcologique a été menée en fonction de trois objectifs :

  • Caractériser la qualité du combustible du four (à vocation domestique ou
    artisanale?),
  • percevoir la qualité du combustible utilisé sur le site et si les charbons ont fait
    l’objet de pratiques de charbonnage.
  • caractériser les boisements qui existaient dans l’aire de ramassage.

    L’opération archéologique a été réalisée par la Mission Archéologique
    Départementale de l’Eure sous la direction de M. Deshayes. L’étude a été
    commandée par M. Deshayes, responsable d’opération, avec l’accord de son directeur M. Brun.

Plesder (35) : Analyse des fragments charbonneux prélevés lors de l’opération archéologique d’un atelier de métallurgie gallo-romain. Site de « Pilleverte II » à Plesder (35).

Cette étude présente les résultats d’analyses de restes charbonneux prélevés lors des différentes campagnes de fouille effectuées sur le site de « Pilleverte II » à Plesder (35).
Le site correspond aux vestiges d’un atelier de réduction de fer à scories de
typologie dite en « plaquettes » de la période gallo-romaine (2ème moitié IIe-début IIIe s. ap. J.-C). Il a été identifié lors de prospections en 1997 (Vivet, 1997).
Selon l’archéologue, le fonctionnement de l’atelier semble assez « standardisé ». Il n’apparaît pas de véritables spécificités « locales ». Il pourrait faire partie de la logistique romaine du secteur. Dans l’état actuel des recherches, le site peut être rapproché des ateliers identifiés au village les Martys dans les montagnes noir dans l’Aude (Domergue et al., 1999), du site de Roche Brune identifié à l’est de la forêt de Sillé-le-Guillaume en Sarthe (Sarreste, 2008) et du site Le Buisson à Saint- Evroult de Montfort dans l’Orne (Langlois, 2005).

Dans les grands traits, le site se compose :
– d’une « halle de travail de métallurgie », à l’intérieur de laquelle on a
identifié l’emplacement d’un bas fourneau, d’une zone d’épuration et d’une
zone de stockage de charbons entre les 2 espaces,
– d’un ferrier (zone de rejet des scories) qui a recouvert une zone
charbonneuse, probablement de stockage,
– des zones de stockage de charbons de bois, de minerais grillés,
– d’une aire domestique.
De nombreux lots de charbons ont été collectés dans les différentes structures du site.

La principale problématique de cette analyse anthracologique vise à qualifier la qualité du combustible utilisé lors des différentes phases de la chaîne opératoire pratiquée dans l’atelier de métallurgie.

Le site a fait l’objet de sondages (1999, 2011) et fouilles (2016, 2017, 2018) par le Centre Régional d’Archéologie d’Alet sous la direction de J.-B. Vivet.
L’étude a été commandée par le Centre avec l’accord de sa directrice Madame Catherine Bizien-Jaglin.

Lien vers le rapport d’étude.

Machecoul (44) : Tests palynologiques

Ce document présente les résultats d’un test palynologique réalisé sur un
prélèvement de l’opération archéologique menée sur la déviation de Machecoul au lieu-dit « La Charouillère ». Les sondages se sont déroulés durant l’année 2019 dans quatre zones sur les communes de La Marne, Paulx et Machecoul. Ils ont été réalisés par le service archéologique du Département de Loire-Atlantique sous la direction de M. Tan.
Ce rapport vise à estimer le contenu palynologique du prélèvement dans l’optique de faire des analyses plus approfondies.
L’étude a été commandée par Mme Vorenger et M. Tan, archéologues du pôle archéologique départemental, avec l’accord de Mme Mavéraud-Tardiveau, directrice du pôle archéologique.

Le test s’est révélé positif. Une étude plus complète devrait être réalisée.


ARKEOMAP

Rivecourt (60) : Tests palynologiques

Cette étude présente les résultats des tests palynologiques de quatre
prélèvements réalisés lors de l’opération archéologique de Rivecourt (60). Le site correspond à une occupation du Haut Moyen Age, situé sous une ferme moderne et à proximité d’un château seigneurial en bordure de l’Oise.
Ce rapport vise à estimer le contenu palynologique des prélèvements dans l’optique de faire des analyses plus approfondies.
Cette opération a été menée par la société Archéopole. La fouille ci-présente a été dirigée par Hélène Assémat, responsable de l’opération.

Les test se sont révélés négatifs.

Heudebouville (27) : Tests palynologiques réalisés sur des prélèvements de l’opération archéologique de la « Zone Ecoparc 3 ». Opération AP-176.

Cette étude fait état des résultats de tests de quatre prélèvements palynologiques, afin de déterminer la densité et la qualité de l’enregistrement pollinique provenant de comblement de structures en creux du site.
Ces analyses viennent compléter des études anthracologiques réalisés sur les vestiges charbonneux collectés sur le site (Gaudin, 2020).
L’opération archéologique « Ecoparc3 » s’étend sur deux zones de fouilles situées sur la commune de Heudebouville (27).
Une première zone (zone 1) correspond à un gros établissement gaulois, daté de la Tène finale. La fouille d’une seconde zone (zone 2) a permis de mettre au jour un enclos de la Tène moyenne avec une réoccupation gallo-romaine.
L’opération archéologique a été réalisée par la Mission Archéologique
Départementale de l’Eure sous la direction de M. Dartois. L’étude a été
commandée par M. Dartois, responsable d’opération, avec l’accord de son directeur M. Brun.