Archives du mot-clé ARKEOMAP

Luxembourg – synthèse des analyses archéobotaniques luxembourgeoises holocènes

L’objectif de cet article vise à établir un état de l’art concernant les études archéobotaniques luxembourgeoises de l’Holocène et d’illustrer le propos par les analyses réalisées dans la grotte diaclase de la Karelslé (Waldbillig).
Pour cela, nous avons inventorié et géolocalisé l’ensemble des résultats archéobotaniques
luxembourgeois publiés depuis les années 1950. Ces études correspondent à des analyses
palynologiques (études de pollens fossiles), des analyses anthracologiques (étude de charbons de bois) et des analyses carpologiques (études de graines fossiles ou carbonisées). Ce travail a permis de constater quelles étaient les périodes et secteurs documentés mais aussi de mieux cerner les points faibles et les facteurs expliquant la répartition spatiale de ces études.
Afin d’illustrer le propos, nous nous sommes appuyés sur les résultats, jusqu’alors inédits,
d’une étude palynologique réalisée par J. Heim en 1992 dans les niveaux archéologiques de la grotte-diaclase de Waldbillig-Karelslé. Nous avons profité de l’inventaire pour retracer les grands traits de l’évolution de la végétation dans le secteur de la grotte.

Lien vers l’article

Nice (06), opération archéologique près de la cathédrale – tombe T.399 (analyse palynologique)

Ce document présente les résultats de l’analyse palynologique de trois prélèvements
réalisés lors de la fouille d’une tombe du Moyen Age, à proximité de la cathédrale de Nice
(06), (opération CCN-18, 26, T.399).
Ce rapport fait suite a une pré-étude qui visait à estimer le contenu palynologique de six
prélèvements. Même si le contenu palynologique constaté lors des tests était
relativement pauvre et en mauvais état de conservation, nous avons cherché ici à
compléter les trois échantillons jugés les plus intéressants, à savoir les prélèvements
effectués près des genoux, de l’os coxal et du crâne.
Le site a été fouillé par le service archéologique de la ville de Nice sous la direction de
Madame Aude CIVETTA et l’accord de son directeur Monsieur Fabien Blanc-Garidel.
L’étude a été commandée par le Service Régionale de l’Archéologie.

Chartres (28), quartier de Rechèvres (C273.22) : tests palynologiques

Ce document présente les résultats des tests palynologiques de quatre prélèvements réalisés lors de la fouille du site du quartier de Rechèvres à Chartres (28), (opération C273.22, numéro 0610779).

Ce rapport vise à estimer le contenu palynologique des prélèvements dans l’optique de faire des analyses plus
approfondies.

L’opération archéologique a été réalisée par le service archéologique de la Ville de
Chartres sous la direction de Mme Fanny GAUTHIER. L’étude a été commandée par
Mme Fanny GAUTHIER, responsable d’opération, avec l’accord de son directeur M.
Laurent COULON.

Les prélèvements proviennent d’un enclos daté de la fin de la tène finale/période
augustéenne. L’étude palynologique porte sur une sélection de 4 prélèvements réalisés en
stratigraphie. Les tests se sont révélés très pauvres.

Onnaing (59), opération 158551 : étude palynologique

Ce document présente les résultats de l’analyse palynologique de deux prélèvements réalisés lors de l’opération archéologique du site d’Onnaing (59), (opération 158551). Le site date du Haut Moyen-Age.
Ce rapport fait suite a une pré-étude qui visait à estimer le contenu palynologique de
quatre prélèvements. Seulement deux prélèvements ont été retenus.
Le site a été fouillé par la société Archéopole sous la direction de Madame Hélène
Assémat. L’étude a été commandée par la société avec l’accord de son directeur Monsieur
Laurent Gubellini.

De façon générale, la composition pollinique est dominée par les pollens d’herbacées
(90% des pollens pour l’échantillon F566). Ce constat permet d’évoquer un paléopaysage
très ouvert autour du site, même s’il faut probablement pondérer cette tendance à cause
de la sur-représentation de certains pollens d’herbacées résistants (ex. Cichorioïdées et
Asteracées).

L’impact des activités humaines est nettement perçu à l’intérieur de la composition
pollinique de l’échantillon de la structure F566 (US 5664). Des végétations de cultures
(pollens de Cerealia type détectés en abondance) associées aux groupements de friches
et de jachères, de communautés rudérales, mais aussi de prairies hygro- à mésophiles
pâturées suggèrent un paysage marqué par les pratiques agro-pastorales.

 

Chartres (28) : op. archéologique C 352.2 de Bourgneuf (tests palynologiques)

L’opération archéologique a été réalisée par le service archéologique de la Ville de
Chartres sous la direction de M. Jérémie VIRET. L’étude a été commandée par M.
VIRET, archéologue avec l’accord de son directeur M. Laurent COULON.

Les prélèvements ont été réalisés dans un puits du Haut Moyen-Age à
environ 13 m de prof, dans des niveaux inondés et scellés par une
couche de débris calcaires et de silex dans le quartier de bourgneuf (op. C352.2). La couche a été datée par la céramique au 6e s. Les tests ses ont révélés négatifs.

Evreux (27) : opération place Sepmanville (étude palynologique)

L’opération archéologique a été réalisée par le service archéologique de la Mission
Archéologique Départementale de l’Eure sous la responsabilité de Monsieur P.
WECH. L’étude a été commandée par Monsieur Ph. FAJON du Service Régional de
l’Archéologie de Normandie et Monsieur O. BOURHIS du service « Aménagement
urbain et paysage » de la Ville d’Evreux.
Les prélèvements ont été réalisés dans des niveaux de comblement en périphérie
des remparts de la ville. Ils sont datés du XVIe siècle.

Les trois échantillons étudiés se sont révélés positifs et ont permis unes description paléo-paysagère.

La proportion entre les taux de pollens d’arbres et taux de pollens de plantes
herbacées reste semblable. On constate environ 15% à 25% de pollens d’arbres
pour les trois prélèvements. Ce constat pourrait correspondre à un paysage ouvert
à proximité du site et boisé dans des secteurs mieux drainés et un peu plus
éloignés de la ville.
Les taxons d’arbres identifiés permettent d’interpréter la « chênaie-hêtraie » et la
« chênaie diversifiée » (chêne, hêtre, orme, tilleul, charme, noisetier, bouleau).
Des pollens d’aulne, de saule et de peuplier proviennent vraisemblablement de
boisements hygrophiles situés à proximité de l’Iton. Néanmoins, l’interprétation
spatiale de ces groupements de zones humides est complexe, car les pollens
peuvent avoir été transportés par la rivière depuis des secteurs éloignés,
potentiellement depuis l’ensemble du bassin-versant.
On note aussi des taux réguliers du bouleau et du noisetier, taxons caractérisant
des boisements clairs. On les trouve potentiellement dans la plupart des
écosystèmes, même s’ils restent avant tout des arbres pionniers par excellence. Ils
profitent donc peut-être d’espaces en déprise agricole pour se développer.

D’un point du vue qualitatif, ces associations forestières sont cohérentes vis à vis
des compositions polliniques identifiées dans la région pour cette période. La
détection à la fois du chêne, du hêtre, du charme permet de caractériser la seconde
partie de la période Subatlantique du nord-ouest de la France (Gaudin, 2004).
En ce qui concerne les végétations herbacées, on identifie une mosaïque paysagère
hétérogène sous l’influence des activités humaines.
On constate tout d’abord des végétations de cultures : les céréales dont le seigle, le
lin, le chanvre ou le houblon. Notons que ces attestations palynologiques ont toutes
été corrélées par les résultats carpologiques, excepté pour le houblon (com. pers.
P. Wech). Les taux de céréale sont assez importants (environ 5% dans l’US 21)
pour ces cultures qui produisent et diffusent relativement peu de pollens. On peut évoquer la proximité de systèmes techniques associés au traitement des céréales
(ex. battages, stockages?) pour expliquer ces taux. La détection de pollens de
chanvre pourrait être liée au traitement des fibres végétales dans les environs.
D’autres groupements végétaux ont été identifiés tels que les végétations de
friches et jachères, de prairies hygrophiles à mésophiles pâturées, mais aussi de
végétations rudérales caractéristiques des zones d’habitations, de chemins, de lieux
de pacages.
Enfin, l’identification de quelques pollens de plantes aquatiques montre l’existence
de zones inondées, parfois profondes, en liaison avec l’Iton. Là non plus, il n’est
pas possible de localiser précisément l’origine de ces végétations.

 

La Bouëxière (35) – JNA 2017 : Journée de médiation archéologique auprès des classes.

Dans le cadre des Journée nationales de l’archéologie, ArkéoMap associé à l‘association Buxeria et au CERAPAR ont investi le site de Chevré (commune de La Bouëxière) pour présenter l’histoire du site et pour organiser une journée de médiation archéologique auprès de scolaires de deux classes de la commune. Cette journée a été marquée par une initiation à la fouille et à la post-fouille grâce à un simulateur de fouille archéologique.

Le projet s’est concrétisé par l’observation de vestiges d’une tour du XIIIe et par une initiation à la fouille et à la post-fouille grâce à plusieurs simulateurs : fouille d’une inhumation et d’un foyer domestique du Moyen-age. L’accent a été mis sur le relevé archéologique et les différentes techniques de post-fouille dont le cœur de métier d’ArkeoMap : l’archéobotanique.

A une époque où les écrans et la réalité virtuelle apparaissent de plus en plus présentes dans les projets de valorisation archéologique, (ce qui dans bien des contextes peut être un facilitateur d’interprétation incontestable), faire observer, expliquer des vestiges et mettre « la main à la pâte » a été très bien reçu par les enfants et les enseignants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plessis-Gassot (95) – Fouille du site de l’arpent aux chevaux (Service archéologie, CG95) – étude anthracologique

ARC14N13096-606Cette fouille réalisée en 2014 sur la commune de Plessis-Gassot, fait suite à deux opérations archéologiques effectuées dans des contextes archéologiques proches : une fouille réalisée en 2010 (Laporte-Cassagne C. et al., (2010)) sur la commune du Mesnil-Aubry, à quelques centaines de mètres au nord-est de la présente opération et d’un diagnostic dirigé par A. Battistini en 2012 (Battistini A., et al. (2013)). Continuer la lecture de Plessis-Gassot (95) – Fouille du site de l’arpent aux chevaux (Service archéologie, CG95) – étude anthracologique